Famille Marie-Jeunesse

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2017
AELF
  1. Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

    Frères,
        devant la promesse de Dieu, Abraham n’hésita pas,
    il ne manqua pas de foi,
    mais il trouva sa force dans la foi
    et rendit gloire à Dieu,
        car il était pleinement convaincu
    que Dieu a la puissance d’accomplir ce qu’il a promis.
        Et voilà pourquoi
    il lui fut accordé d’être juste.
    En disant que cela lui fut accordé,
    l’Écriture ne s’intéresse pas seulement à lui,
        mais aussi à nous,
    car cela nous sera accordé puisque nous croyons
    en Celui qui a ressuscité d’entre les morts Jésus notre Seigneur,
        livré pour nos fautes
    et ressuscité pour notre justification.

                – Parole du Seigneur.

  2. Refrain psalmique : (cf. Lc 1, 68)

    Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël,
    car il a visité son peuple.

    Il a fait surgir la force qui nous sauve
    dans la maison de David, son serviteur,
    comme il l’avait dit par la bouche des saints,
    par ses prophètes, depuis les temps anciens :

    salut qui nous arrache à l’ennemi,
    à la main de tous nos oppresseurs,
    amour qu’il montre envers nos pères,
    mémoire de son alliance sainte,

    serment juré à notre père Abraham
    de nous rendre sans crainte,
    afin que, délivrés de la main des ennemis,
    nous le servions dans la justice et la sainteté,
         en sa présence, tout au long de nos jours.

  3. Acclamation : (Mt 5, 3)

    Alléluia. Alléluia.
    Heureux les pauvres de cœur,
    car le royaume des Cieux est à eux !
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
        du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus :
    « Maître, dis à mon frère
    de partager avec moi notre héritage. »
        Jésus lui répondit :
    « Homme, qui donc m’a établi
    pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? »
        Puis, s’adressant à tous :
    « Gardez-vous bien de toute avidité,
    car la vie de quelqu’un,
    même dans l’abondance,
    ne dépend pas de ce qu’il possède. »
        Et il leur dit cette parabole :
    « Il y avait un homme riche,
    dont le domaine avait bien rapporté.
        Il se demandait :
    “Que vais-je faire ?
    Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.”
        Puis il se dit :
    “Voici ce que je vais faire :
    je vais démolir mes greniers,
    j’en construirai de plus grands
    et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens.
        Alors je me dirai à moi-même :
    Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition,
    pour de nombreuses années.
    Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.”
        Mais Dieu lui dit :
    “Tu es fou :
    cette nuit même, on va te redemander ta vie.
    Et ce que tu auras accumulé,
    qui l’aura ?”
        Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même,
    au lieu d’être riche en vue de Dieu. »

                – Acclamons la Parole de Dieu.